image1 image2 image3
logo

Choregraphe Sandrine PlouvierLa chorégraphie

Sandrine Plouvier

L'histoire de Billy Elliott m'a toujours donné un sentiment de bonheur, d'espoir de par l'énergie et l'optimisme que le personnage dégage.

Danser a toujours été pour moi la seule façon d'évacuer les tracas de la vie, de faire ressortir mes émotions enfouies et me procure à chaque fois une sensation de réconfort même dans les moments difficiles. Je retrouve chez Billy Elliot ces mêmes sensations. Danser lui permet de sortir de ce contexte social en crise.

D'exprimer ses émotions suite au décès de sa maman et dès les premières notes de musique, dès que son corps se met enCitation-Sandrine mouvement il ressent une libération totale, un bien être temporaire qui prend fin à la dernière note. C'est en partant de ce ressenti que je vais créer les différentes scènes avec une seule envie, celle que les spectateurs en sortant du théâtre aillent  danser, chanter, hurler ou qu'importe tant que ça leur procurent du bonheur et de la sérénité même éphémère...

 


Chorégraphe
Claquettiste
Professeur de claquettes, jazz, danse créative depuis 2007

Formation

Formation classique au ballet du Hainaut (Jean-Jacques Van Veltem, Tournai)
Formation jazz au centre Danses et Cie (Xavier Gossuin, Tournai – Debby Vigneau, Lille)
Formation en claquettes chez Chantal Nicaise (Bruxelles)
Stages chez Tapshow Cie (Bruxelles), Hooferz (Anvers), Jason SamuelsSmiths (USA)

Spectacle (en tant que danseuse) :

Pour danses et Cie & pour la Compagnie Xavier Gossuin (Tournai) :
« Le Portrait » (2007)
« Sérénissime » (2009)
« Et Dieu créa l’enfant » (2011)
« Mascarade » (2013)

En collaboration avec Luc Petit :

Fortissimo (Vienne 2007)
Amway China (Munich 2012)

Spectacle (en tant que chorégraphe):

Pour danses et Cie :

« Sérénissime » (2009)
« Et Dieu créa l’enfant » (2011)
« Mascarade » (2013)